Le respect de l’environnement
naturel et humain

Le projet se situe à environ 13 km de Groix, 19 km de Belle-Île et 22 km du continent. De nombreuses études du milieu physique, biologique et humain menées par des bureaux d’études spécialisés et des associations de protection de l’environnement ont permis la réalisation de l’étude d’impact, pièce maîtresse des demandes d’autorisations. Des études spécifiques ont également été menées pour déterminer le passage de la liaison électrique sur l’intégralité de son tracé sous-marin et souterrain.

Les études

Les études menées et le travail de concertation ont permis de limiter les effets du projet sur son environnement. Différentes mesures ont été prises dès la conception du projet pour éviter les impacts, ou les réduire le cas échéant. Ainsi l’emplacement des quatre éoliennes flottantes au sein du site proposé par l’ADEME sera hors de la zone Natura 2000 classée Zone Spéciale de Conservation (ZCS) de l’île de Groix et a été décidée en concertation avec les parties prenantes (services de l’Etat, instances de la pêche et usagers de la mer). Des mesures telles que l’absence d’antifouling sur les flotteurs, ou un tracé de raccordement évitant les zones écologiques sensibles sont autant de décisions qui permettent au projet de se développer tout en respectant son environnement. Au total ce sont 17 mesures d’évitement, 16 mesures de réduction et 1 mesure de compensation qui vont être mises en œuvre pour le projet.

Le suivi du site
pendant ses 20 années d’exploitation

En complément des études et des inventaires ayant servi pour dresser un état environnemental initial, les porteurs du projet mettront en place un dispositif de suivi durant la phase d’exploitation, adapté selon les compartiments écologiques et les enjeux, afin d’améliorer la connaissance des effets d’un parc d’éoliennes flottantes et son raccordement sur la biodiversité. Ce dispositif offrira un retour d’expérience précieux dans la perspective du déploiement des fermes commerciales. Les résultats pourront être partagés avec la communauté scientifique en vue d’améliorer la connaissance globale et les protocoles à mettre en place. EOLFI participe d’ailleurs d’ores et déjà aux programmes APPEAL, GEOBIRD, GEOSISMEM et ANODE pilotés par France Energies Marines et cofinancé par l’ANR dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir.

Le paysage

41 photomontages depuis 38 points de vue répartis entre les îles de Groix, Belle-Île, Houat et sur le littoral depuis Quiberon jusqu’à Moëlan-sur-Mer ont permis de prendre en compte les sensibilités paysagères et patrimoniales de l’ensemble du littoral. L’alignement et la disposition des éoliennes au sein de la zone témoignent de l’intégration de l’enjeu paysager dès le début du projet.  Voici deux exemples depuis les côtes les plus proches à Groix et Belle-Ile-en-Mer, à partir de photos prises dans les meilleures conditions possibles de visibilité : ciel lumineux et dégagé.

Photomontage depuis le port de Locmaria à Groix

Photomontage depuis les abords du Fort Sarah Bernhardt à Belle-île-en-Mer

Les usages de la mer

Pendant la phase d’installation et d’exploitation des éoliennes, des mesures préventives de sécurité seront mises en place par la Préfecture Maritime de l’Atlantique. Il pourrait s’agir, par exemple, pendant la période d’installation et d’exploitation, de zones d’exclusion, d’interdiction de certaines activités ou encore d’une réduction de la vitesse des navires au sein de la ferme pilote.

Vous souhaitez poser une question ? Faites-le ici

footer04
Nous contacter

Vous pouvez nous envoyer votre demande ici, nous y répondrons dès que possible.

Not readable? Change text. captcha txt