La période de confinement imposée pour lutter contre la pandémie de Covid-19 a été une épreuve pour nos concitoyens mais elle a été une aubaine pour de nombreuses espèces animales et végétales. A l’heure où certaines plages sont ouvertes par dérogation pour permettre la pratique d’activités physiques, les enjeux liés à la biodiversité sont en première ligne.

 

Les bienfaits du confinement pour la biodiversité

Sur les Dunes Sauvages de Gâvres à Quiberon, le Syndicat Mixte a constaté les effets positifs du confinement sur la faune et la flore. Ce moment de répit a eu un impact direct sur la réappropriation des espaces naturels par la faune sauvage, en particulier pour le Gravelot à collier interrompu, oiseau emblématique de notre littoral nichant à même le sol en haut des plages. Ces quelques semaines ont également permis à la végétation une reconquête partielle des zones érodées, notamment avec l’implantation de végétaux « pionniers », confortant ainsi les actions de gestion du syndicat mixte du Grand Site Gâvres Quiberon et des propriétaires fonciers publics. Des progrès encourageants, notamment pour le Gravelot à collier interrompu, dont l’espèce est protégée et fortement menacée de disparition.

 

Concilier réouverture des plages et respect de la biodiversité

Les ouvertures dérogatoires (avant le 2 juin) sollicitées par les municipalités, qui se sont concertées à l’échelle du Grand Site de France, ont intégrées ces questions de biodiversité pour éviter un afflux massif de visiteurs au cœur de sites naturels les plus sensibles. Ainsi, en amont des réouvertures, l’équipe du syndicat mixte a installé des panneaux de sensibilisation sur les secteurs à enjeux comme les zones de nidification et des enclos ont été réalisés sur les plages pour signaler la présence des nids de gravelot.

Malheureusement, le constat effectué après ces premières semaines est inquiétant. La quasi-totalité des nids de gravelots à collier interrompu a été détruite (y compris sur des plages fermées) et des poussins ont disparu. En cause : le manque de civisme d’une minorité de personnes et les effets néfastes de ces incivilités : promeneurs et sportifs sur les plages interdites, serviettes sur les plages dynamiques, affichettes arrachées, bénévoles insultés, non-respect des consignes générales, notamment la présence de chiens. L’exemple le plus marquant s’est déroulé à Plouhinec, où un feu a été allumé à proximité immédiate d’un nid de gravelot à collier interrompu, à l’aide des piquets matérialisant le nid… Les oiseaux s’étant envolés les 3 œufs n’ont pas été couvés provocant l’échec de cette couvée.

 

Des gestes simples à adopter

Pourtant, pour profiter de nos plages et espaces naturels tout en respectant la biodiversité, outre les gestes barrières et mesures sanitaires, les gestes sont simples :

  • Ne pas se rendre sur les plages fermées
  • Eviter le dérangement de la faune sauvage, en ne s’en approchant pas à moins de 75 ou 100m ;
    Les chiens sont interdits (y compris tenus en laisse) sur les plages afin d’éviter le dérangement de l’avifaune et de contribuer au succès reproducteur de certaines espèces menacées ;
  • Ne pas s’écarter des sentiers et utiliser les accès les plus directs pour rejoindre les plages ouvertes ;
  • Éviter de marcher sur le haut des plages et la laisse de mer où nichent certains oiseaux et où pousse une végétation particulière très sensible et rare ;
  • Respecter les mesures de protection mises en place sur les espaces naturels (plages, dunes…) : enclos, panneaux d’information et de sensibilisation.

 

Anthony HAMEL, directeur du Syndicat mixte du Grand Site Gâvres Quiberon

 

Plus de d’informations sur : www.gavres-quiberon.fr

https://www.gavres-quiberon.fr/fr/content_page/item/300-nature-et-confinement

https://www.gavres-quiberon.fr/fr/content_page/item/301-ouverture-des-plages